Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 06:25

Voilà : ce matin-là, j’étais en salle de réunion avec mon responsable Sécurité et ma responsable RH, quand nous avons entendu l’explosion. Notre premier réflexe a été de nous ruer dehors, car nous pensions que ça venait de chez nous. Rapidement, nous avons vu des volutes de fumée monter depuis la direction de Lidong, une usine réputée pour faire des produits dangereux (pour mes anciens condisciples : benzène, toluène…)

 

Immédiatement, nous avons appelé le Bureau local de la Sécurité pour nous informer de ce qui se passait. Aucune information. Nous aurons des instructions en temps utile. Nous appelons tous les quarts d’heure (et je dois forcer le responsable sécurité à le faire). Aucune information. Aucune instruction. Bien que le vent ne souffle pas dans notre direction, je suis un peu désemparé. Faut-il évacuer ? Que font les usines voisines ?

 

Rapidement, nous apprenons sur internet et par téléphone que l’explosion a eu lieu dans la petite ville voisine de Huangdao, à 3 kms de l’usine. Mes collègues y habitant téléphonent à leurs proches, heureusement pas de souci de leur côté, mais nous ne connaissons pas du tout les causes de l’explosion, et surtout s’il y a toujours des risques. Marilyn, qui n’est pas très loin, m’appelle pour vérifier que je vais bien, et en bon adjoint au chef d’îlot pour la sécurité des Français, j’appelle les copains à proximité pour leur donner des nouvelles.

 

Nous voyons des photos horribles. Une tranchée s’est ouverte en plein milieu d’une rue passante, renversant tout de chaque côté, avec des dégâts énormes. Lidong, l’usine de chimie, ne paraît pas touchée, il s’agirait d’un pipeline qui aurait explosé. J’appelle mes voisins immédiats, qui attendent paisiblement que ça se passe et qu’on leur dise quoi faire. Je sais que des sociétés étrangères ont évacué par mesure de sécurité.

 

Toute la journée, nous quémandons les informations, sans retour. Nous entendons les sirènes incessantes des pompiers passant devant l’usine. Nous n’avons pas d’électricité, pas de vapeur de chauffage. Petit à petit, nous avons suffisamment d’information pour nous rasséréner, mais nous ne savons toujours pas si le danger est complètement écarté. En fin de journée, un vendredi soir, nous vidons les lieux, usine arrêtée, équipe de crise constituée pour le week-end. L’électricité aura été rétablie le soir, mais la zone de l’explosion aura été isolée pendant une bonne semaine, et nous n’aurons pu redémarrer l’usine qu’après 10 jours.

 

Nous n’aurons jamais les faits exacts. Mais la raison de l’explosion est une fuite de pétrole dans un égout souterrain que longeait le pipeline. La fuite avait été signalée dans la nuit, et c’est en intervenant pour la réparer que l’explosion s’est produite.  L’atmosphère du souterrain où se trouvaient l’égout et le rack de canalisations a dû être saturée de vapeurs de pétrole, c’est pourquoi le tronçon a explosé sur toute sa longueur, la longueur de la rue.

 

2013-11 1529

 

2013-11 1491

  

Bilan : plus de 60 morts et 130 blessés déclarés. Une catastrophe. C’était le moment le plus traumatisant pour moi depuis le début de notre séjour en Chine (avec les violences antijaponaises de septembre 2012.) Je me demande toujours si j’aurais dû ou non faire évacuer l’usine, ce qui n’était pas nécessaire après coup, mais qui peut savoir d’avance ? Je me suis réfugié dans mon habituelle et confortable confiance aux autres, en l’occurrence le gouvernement.

 

Le gouvernement, qui n’a pas fait évacuer la zone alors que l’oléoduc court sous une rue du centre de Huangdao. Le gouvernement, qui ne nous a donné aucune instruction sur les causes de l’accident ni les risques immédiats. Le gouvernement, qui s’est empressé comme d’habitude de nous demander dès le soir un « self assessment » de notre usine, un rapport à rendre dès que possible, vu que le grand patron lui-même allait se pointer pour se rendre compte des dégâts. 

 

Rumeurs : la fuite aurait été signalée à Sinopec, le numéro 1 chinois du pétrole, société d’état bien sûr, par l’usine (à capitaux coréens) de Lidong plusieurs jours auparavant. Sinopec et les gens du gouvernement n’ont rien fait avant le matin du 22 novembre, lorsque la fuite a commencé à se déverser dans la mer. 7 cadres de Sinopec et 2 membres du gouvernement de Huangdao ont été arrêtés.

 

A ce genre de problème, on se rend compte à quel point la route est longue avant que la Chine ne mérite le statut de superpuissance qu’elle revendique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by barbaraenasie.over-blog.com - dans Le taf en Chine
commenter cet article

commentaires

Celine 11/12/2013 07:49

Merci de nous parler de cet evenement.
Prenez soin de vous.

claire 04/12/2013 21:05

Du 100 % chinois…
Incroyable ! Ce qui est dramatique, c'est le "60 morts déclarés", parce que l'on sait tous ce que cela veut dire…
Quant à attendre des informations du gouvernement chinois… No comment !

Présentation

  • : Le blog de barbaraenasie.over-blog.com
  • : Hommage à un autre barbare, parti en quête de sa propre image dans le regard de l'autre, ce blog n'est que le reflet de notre quotidien à Qingdao (Chine)
  • Contact

Recherche

Par Mois